Lisez La Science

Lisez La Science

Parler de livres de science pour donner envie de les lire

Lisez La Science

LisezLaScience est un podcast dédié aux livres de science. L’idée de ce podcast est de faire des revues de livres scientifiques ou traitant de sujets scientifiques. L’objectif est d’en donner un aperçu qui vise à donner envie de pousser la découverte et de les lire !

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 5 - Le Beau Livre de la Médecine de C. Pickover

episode-5-LeBeauLivreDeLaMedecine.mp3

episode-5-LeBeauLivreDeLaMedecine.mp3

Télécharger Télécharger ( 14 Mo )

Il
y a deux semaines, nous avons parlé de l’histoire du Chaos, sans trop
nous perdre tout au long du chemin, en abordant le livre de James Gleick
“La Théorie du Chaos”. Ce livre avait été  choisi par vous, les
poditeurs, via le sondage que j’avais proposé sur le site de
LisezLaScience. Au cours de son récit, James Gleick nous racontait la
vie des pionniers du Chaos, tous ces hommes et femmes qui ont passé du
temps à découvrir comment le Chaos émergeait dans les sciences et
comment le dompter pour en apprendre plus sur les phénomènes qu’il
régissait.

Aujourd’hui
nous changeons totalement de domaine ! Avec “Le Beau Livre de la
Médecine : Des sorciers guérisseurs à la microchirurgie”, Clifford
Pickover nous emmène à travers 12 000 ans d’histoire de la médecine.
Nous apprendrons comment cette science s’est développée et nous
traiterons de l’histoire de ces femmes et ces hommes qui ont cherché à
comprendre et soigner les maux qui ont émaillés l’Histoire de
l’Humanité.



Le Beau Livre de la Médecine - crédit http://www.images-booknode.com/ - http://goo.gl/RxXBSv


Le Beau Livre de la Médecine - crédit http://www.images-booknode.com/ - http://goo.gl/RxXBSv

Sommaire


  • Quelques mots sur Clifford Pickover

  • Le livre “Le Beau Livre de la Médecine : Des sorciers guérisseurs à la microchirurgie”

  • Un livre qui n’a rien à voir

  • Un livre que j’aimerais lire

  • Une quote

  • Plugs

Un auteur



Clifford Pickover - crédit Pickover - http://goo.gl/sBQVRS


Clifford Pickover - crédit Pickover - http://goo.gl/sBQVRS

Clifford
Pickover est un scientifique américain né en 1957 et détenteur d’un
doctorat sur la dispersion de rayons X et la structure des protéines. Si
je le précise c’est parce que dans la foulée de l’obtention de son
doctorat, il a intégré IBM et notamment le Thomas J. Watson Research
Center en 1982. On pourrait se dire, IBM est une société avec une
quantité de labs et pourquoi pas. Ce qu’il faut savoir, c’est que chez
IBM, il a notamment intégré le groupe sur la synthèse vocale. Assez loin
de son sujet de thèse… Mais pourquoi pas !

Clifford
Pickover est un auteur prolifique : depuis 1990, il a publié un ouvrage
par an minimum (sauf en 1993) et a même culminé à trois par an
notamment en 2009 avec “Jews in Hyperspace”, “The Loom of God” et “The
Math Book: From Pythagoras to the 57th Dimension, 250 Milestones in the
History of Mathematics” qui fut publié en français sous le titre : “Le
Beau Livre des Maths - De Pythagore à la 57e dimension”. Il est bon de
noter que ce dernier livre obtint le Prix Neumann de la British Society
for the History of Mathematics en 2011. Le livre dont je fais une revue
aujourd’hui est construit de la même manière que celui-ci : il s’agit de
la présentation des évènements qui ont marqué, selon l’auteur, le champ
scientifique qu’il aborde.

Pour
en revenir à Clifford Pickover : outre le fait qu’il a écrit un grand
nombre d’ouvrage, il a aussi été un inventeur acharné avec plus d’une
centaine de brevets déposée dans le cadre de ses activités chez IBM.
Outre ses brevets, il a aussi publié plus d’une centaine de papiers sur
des thèmes aussi variés que la visualisation scientifique, le “art
computing” (l’art où l’ordinateur est utilisé) ou encore les
mathématiques récréatives.

À
côté de ses activités scientifiques, on peut noter que Clifford
Pickover est membre du “Committee for Skeptical Inquiry” (CSI) dont le
rôle est d’étudier avec rigueur et en suivant une approche scientifique
et stricte les pseudo-sciences comme le paranormal, l’ufologie, etc.
Parmis les membres connus de ce comité, on peut notamment citer Carl
Sagan et Isaac Asimov (quand même !).

Par
ailleurs, le livre d’aujourd’hui se place dans une série d’ouvrages du
même type que Clifford Picover a entamé avec “Le Beau Livre des Maths -
De Pythagore à la 57e dimension” dont j’ai parlé plus haut. En effet, il
a aussi écrit, “The Physics Book: From the Big Bang to Quantum
Resurrection”qui donne en français : “Le Beau Livre de la physique - Du
Big Bang à la résurrection quantique” et qui fut publié le 3 octobre
2012.

Clifford Pickover est enfin un auteur présent sur le web. En dehors de son compte twitter que vous pouvez bien sûr suivre sur @pickover
et qu’il alimente régulièrement, vous pouvez aussi le retrouver sur
différents sites web qui donnent l’impression d’être issu des années 90
:) Mais bon, on ne lui demande pas de faire du 3.0 HTML5 et CSS3 pour
écrire de bons livres !

Un livre

Avant-propos

Parlons
à présent du livre dont il est question aujourd’hui “Le Beau Livre de
la Médecine : Des sorciers guérisseurs à la microchirurgie”. D’abord
publié sous le titre “The Medical Book: From Witch Doctors to Robot
Surgeons” chez Sterling Publishing en version originale en 2012, la
version francophone, sujet de cette revue, a été publiée fin 2013 chez
Dunod.

Je
vais commencer par ce que ce livre n’est pas avant d’aborder ensuite ce
qu’il est réellement. Tout d’abord, il n’a rien à voir avec celui qui a
été le sujet de la précédente revue. On ne se voit pas plongé dans la
vie des découvreurs ou ce genre de chose. Ce livre ne va pas non plus
vous expliquer les tenants et les aboutissants de telle ou telle
découverte. Il s’agit plus d’un condensé des faits marquants, selon
l’auteur, qui ont jallonné l’histoire de la médecine. On comprend, à
travers la description des différents avancées, comment s’est forgée la
compréhension des mécanismes biologiques à l’oeuvre dans notre corps, de
quelle manière le combat contre les maladie a été mené, etc.

La
présentation des éléments du livre est aussi particulière : Clifford
Pickover a choisi de réaliser une présentation chronologique des faits
historiques qu’il mentionne. Ainsi chaque double page correspond à un
évènement en particulier : la page de gauche est dédiée à une
description du moment en question, et la page de droite est une
illustration. Pour chaque sujet Clifford Pickover donne la date,
l’évènement en question et les sujets autrement abordés dans le livre
avec lesquels il peut être lié.

La revue

En
lisant ce livre, j’ai été surpris par les dates données pour certains
évènements marquants et tout notamment au début de l’Histoire de la
Médecine telle que la décrit Clifford Pickover. Qui aurait cru que des
yeux de verre étaient utilisés il y a près de 5 millénaires ? On
découvre en effet qu’un prétrêsse en portait un de son vivant et qu’il
était fait de goudron naturel et d’or. Sûrement utilisé dans un cadre
religieux ou pour symboliser des pouvoir particuliers.

On
découvre aussi que les saignées ont été pratiquées pendant presque 3500
ans avec diverses justifications, ou soins supposés et ceci jusqu’à il y
a assez récemment comme en 1923 où cette pratique était encore
recommandée dans des ouvrages de médecine. On apprend ainsi qu’elle
était déjà pratiquée en Egypte ancienne, qu’elle fut notamment rendue
populaire par Galien et que c’est une des causes de la mort de George
Washington qui, et je cite, “atteint d’une infection de la gorge , fut
accélérée par la considérable quantité de sang qui lui fut prélevée lors
d’une saignée”.

En
parlant des saignées, j’ai cité Galien. Cet homme fut assurément l’un
des médecins grecs les plus connus en dehors d’Hippocrate. À travers ses
écrits extrêment nombreux on a pu observer les différents domaines sur
lesquels il s’est penché : dissection, vivisection, contrôle de
l’activité musculaire via les nerfs par le cerveau, etc. Ses ouvrages
ont gardé pendant presque 1000 ans un impact fort sur les médecins du
monde arabe et en Europe. Parlant d’Hippocrate, qui vécut presque 600
ans avant Galien, on sait en fait assez peu de choses sur l’homme. En
dehors de l’aspect un peu farfelu de la base de la médecine (un
dérèglement de quatre humeurs : sang, bile noire, bile jaune et
phlegme), le serment qui porte son nom était adopté par les médecins, et
visait à assurer une certaine éthique dans les pratiques. Il est bon de
savoir que les écrits issus et/ou écrits par Hippocrate avaient cette
qualité (qui s’est perdue à une certaine période) qu’ils exprimaient les
maladies comme des phénomènes naturels et non reliés à une quelconque
divinité …

Le
livre s’intéresse d’ailleurs tout particulièrement aux avancées qui ont
été réalisées ces deux derniers siècles. Près des trois-quarts couvrent
des évènements qui se passent depuis 1774. Clifford Pickover aborde
ainsi pêle-mêle les avancées de la chirurgie comme les différentes
méthodes d’analyse comme l’électrocardiographe et
l’électroencéphalogramme, la radiothérapie ou encore la mammographie, ou
le traitement des grandes maladies de notre temps : vaccination de la
variole, rougeole, peste bubonique, etc.

En conclusion

En
conclusion, “Le Beau Livre de la Médecine : Des sorciers guérisseurs à
la microchirurgie” nous apprend plein de chose, mais vraiment
énormément. Que ce soit sur la médecine en général, sur ses pratiques au
cours du temps, sur les découvertes, et sur les Hommes et Femmes qui
ont permis les avancées. Je regrette un peu la faible longueur de chaque
explication des évènements que nous présente Clifford Pickover. On se
retrouve parfois un tantinet frustré à devoir à se sentir en train de
survoler certain d’entre eux, mais il faut ce qu’il faut pour arriver à
parler des évènements les plus importants. Ceci donne peut-être plus
l’envie de lire d’autres ouvrages qui s’appesantiraient finalement sur
ceux qui ont aiguillonés notre curiosité.

Il
faut aussi prévenir: il ne s’agit pas d’un vidal médical, mais
certaines âmes sensibles pourraient être un peu secouées par certains
passages comme pour les forceps utilisés pour la sortie des bébés
pendant la naissance, les causes de cancer, ou le fait que pendant très
longtemps les patients n’était pas endormies ou les plaies désinfectées
...

On
découvre aussi comment pendant longtemps la médecine a été un domaine
dans lequel, la mécompréhension de certains phénomènes provoquait
superstitions, supputations maladroites à l’origine de traitements
inutiles voire contre-productifs, etc. Mais finalement c’est l’avancée
dans cette science très pratique qui permis de faire des découvertes.

On
apprend d’ailleurs comment certains préjugés ou certaines
préconceptions ont eu la vie dure pendant des siècles: on découvre par
exemple que les médecins juifs ont été, et depuis très longtemps, en
proie à une stigmatisation comme aux États-Unis où les étudiants juifs
de l’université de Colombia devaient porter un H (pour hébreux) sur leur
tenue afin de les identifier pendant la seconde guerre mondiale. On
découvre aussi que pendant longtemps les hommes ont été écartés des
actes médicaux liés au moment de la naissance avec, par exemple,
l’histoire du Dr Wertt qui fut brûlé pour s’être déguisé en femme afin
d’assister à des accouchements et apprendre à mettre des enfants au
monde.

Ce
livre, quand on s’éloigne et que l’on regarde le sommaire par exemple,
donne un peu le vertige : on se rend compte de la quantité de
découvertes, après tout, assez récentes, dont nous jouissons dans notre
médecine moderne et le nombre important de maladies dont on ne pouvait
rien dire ou que l’on ne pouvait pas traiter il y a à peine un siècle !

Finalement
un bon ouvrage pour vous intéresser à la médecine, son Histoire, et qui
vous donnera peut-être envie d’en savoir plus !

Un livre qui n’a rien à voir



L'Imposture scientifique en dix leçons - crédit Goodreads : http://goo.gl/9c4gMt


L'Imposture scientifique en dix leçons - crédit Goodreads : http://goo.gl/9c4gMt

Le
fait que Clifford Pickover fasse partie du “Committee for Skeptical
Inquiry” me fait penser à un livre que j’ai lui mais qui n’a rien à voir
avec celui d’aujourd’hui : “L’imposture scientifique en dix leçons” de
Michel de Pracontal. J’ai eu un peu de mal à rentrer dans le livre,
peut-être les hémorroïdes (les gens ayant lu le livre comprendront),
mais la suite est incroyable. Il détricote les méthodes des imposteurs
qui utilisent la science pour tromper ou détourner le public, pour
vaincre ses adversaires au mépris de la santé des patients ou pour
amener à soi des fidèles en les trompant. On découvre plein de choses
très intéressantes, notamment à propos de l’affaire du sang contaminé,
ou encore comment devenir un gourou riche, célèbre et écouté. Je pense
que ce livre sera le sujet d’un très prochain épisode de Lisez La
Science. À lire de toute urgence !

Un livre que j’aimerais lire



10 notions-clés pour enseigner les sciences - crédits Goodreads : http://goo.gl/ShzFVi


10 notions-clés pour enseigner les sciences - crédits Goodreads : http://goo.gl/ShzFVi

C’est
le livre de Michel de Pracontal qui m’a fait pensé à celui que
j’aimerais lire et dont je vais vous parler maintenant. Il s’agit de “10
notions-clés pour enseigner les sciences” de Wynne Harlen. La
description de l’ouvrage le présente vraiment comme un ouvrage
indispensable pour ne pas être une proie trop facile pour les imposteurs
que dénonce Pracontal : acquérir des connaissances scientifiques de
base, comprendre comment la science fonctionne, ses processus,
l’expérimentation, la problématique de cadre de fonctionnement et
l’éthique associée.

Il
me semble que vu l’omniprésence de la science dans notre vie de tous
les jours et de l’usage totalement détourné qu’il peut en être fait pour
justifier tout et surtout n’importe quoi, il est important de fournir
les bases pour développer l’esprit critique des futurs citoyens afin
qu’ils sachent pouvoir discriminer les bons et mauvais usages de la
science.

Si je n’écoutais que moi, je l’acheterais tout de suite !

Quote

 

Cette citation est de Voltaire, mais je n’ai pas trouvé si elle avait été écrite dans un de ses ouvrages :


L'art de la médecine consiste à distraire le malade pendant que la nature le guérit.


Voltaire


Plugs et liens évoqués

Conclusion

Que
vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas devant des émissions de
télé-réalité. Inondez-moi de courriers, de commentaires, de likes, de
tweets, de retweets, de stylos quatre-couleurs, je trouve ça marrant ou
envoyez-moi l’oeuvre complète de Monsieur Stephen Hawking si jamais elle
ne vous sert qu’à servir de réhausseur pour vos enfants quand ils
mangent à table.

Vous pouvez retrouver LisezLaScience sur son site web http://lisezlascience.wordpress.com
sur lequel vous pouvez me contacter et commenter les épisodes. Vous
pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience et le podcast
est accessible sur podcloud, sur podcastfrance (http://podcastfrance.fr/podcast-lisez-la-science) et aussi sur l’antenne de podradio.

Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com. Je ne fais pas encore les fax, mais si vraiment c’est la seule chose que vous pouvez faire, je vous donnerais un numéro !

Vous
pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste
goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les
livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode et ceux
de celui-ci sont sur l’étagère “lls-5”

Prochain épisode

On se retrouve le 06/07/2014 pour un nouvel épisode sur le livre “Laser : 50 ans de découvertes”.

D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.

Les références des livres évoqués


  • Le Beau Livre des Maths - De Pythagore à la 57e dimension

    • ISBN : 2100546406 (ISBN13 : 978-2100546404)

    • Auteur : Clifford Pickover

    • Nombre de pages : 528 pages

    • Date de parution : 13/10/2010 chez Dunod

    • Prix : 29 € et constaté à 27,55 € chez Amazon et la Fnac




  • 10 notions-clés pour enseigner les sciences

    • ISBN : 2746505428 (ISBN13 : 978-2746505421)

    • Auteur : Wynne Harlen

    • Nombre de pages : 152 pages

    • Date de parution : 08/03/2011 chez Le Pommier

    • Prix : 10 € et constaté à 9,50 € chez Amazon et la Fnac




  • L’imposture scientifique en dix leçons

    • ISBN : 2020639440 (ISBN13 : 978-2020639446)

    • Auteur : Michel de Pracontal

    • Nombre de pages : 378 pages

    • Date de parution : 08/04/2005 chez Seuil

    • Prix : 9,60 € et constaté à 9,12 € chez Amazon et la Fnac




  • Le Beau Livre de la Médecine - Des sorciers guérisseurs à la microchirurgie

    • ISBN : 2100589261 (ISBN13 : 978-2100589265)

    • Auteur : Clifford Pickover

    • Nombre de pages : 528 pages

    • Date de parution : 09/10/2013 chez Dunod

    • Prix : 29 € et constaté à 27,55 € chez Amazon et la Fnac




  • Le Beau Livre de la physique - Du Big Bang à la résurrection quantique

    • ISBN : 2100572725 (ISBN13 : 978-2100572724)

    • Auteur : Clifford Pickover

    • Nombre de pages : 528 pages

    • Date de parution : 03/10/2012 chez Dunod

    • Prix : 29 € et constaté à 27,55 € chez Amazon et la Fnac




Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-5

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 4 - La Théorie du Chaos de James Gleick

episode-4-LaTheorieDuChaos.mp3

episode-4-LaTheorieDuChaos.mp3

Télécharger Télécharger ( 15 Mo )

Il y a deux semaines, nous avons parlé du livre d’Hervé Lehning « L’Univers des nombres : de l’Antiquité à Internet ». Dans cet ouvrage, il nous a emmené tout au long de l’histoire pour découvrir comment les mathématiques ont été forgées, quelles ont été les étapes qui ont été prises et quels ont été les chemins arpentés pour aboutir aux mathématiques que nous utilisons aujourd’hui dans tant de domaines.

Aujourd’hui nous allons essayer de parler de l’histoire du Chaos, sans trop nous perdre tout au long du chemin, en abordant le livre de James Gleick “La Théorie du Chaos”. Ce livre a été choisi par vous, les poditeurs, via le sondage que j’avais proposé sur le site de LisezLaScience. “La Théorie du Chaos” est d’ailleurs arrivée loin devant les autres et c’est un plaisir de vous le présenter aujourd’hui !


La Théorie du Chaos - J. Gleick - Crédit goodreads : http://goo.gl/OdNJ9K

La Théorie du Chaos - J. Gleick - Crédit goodreads : http://goo.gl/OdNJ9K

Sommaire



  • Quelques mots sur James Gleick

  • Le livre “La Théorie du Chaos”

  • Un livre qui n’a rien à voir

  • Un livre que j’aimerais lire

  • Une quote

  • Plugs

Un auteur



James Gleick - Crédits goodreads : http://goo.gl/dbI97K

James Gleick - Crédits goodreads : http://goo.gl/dbI97K

James Gleick est un auteur et journaliste américain de la seconde moitié du XXème siècle. Diplômé d’Harvard en Anglais et en linguistique, il ne possède pas à proprement parlé de cursus scientifique.


Tout au long de sa carrière, il a travaillé dans différents journaux dont notamment le New York Times où il a évolué pendant près de 10 ans. Pour le New York Times Magazine il a notamment écrit sur de grands Hommes de science comme Stephen Jay Gould ou Benoît Mandelbrot.


On peut dire de James Gleick que c’est un vulgarisateur hors-pair. Mais taille XXL. Parmi les livres qu’il a écrit je n’en citerais que trois ou quatre pour vous montrer à quel point c’est un homme qui sait raconter des histoires de science de façon admirable: en dehors du livre dont nous allons parler aujourd’hui et qui reçu le prix Pullitzer (quand même !) et le National Book Award en 1988, il publia en 1992 “Genius: The Life and Science of Richard Feynman” pour lequel il reçu encore Pullitzer et National Book en 1993. Il reçu (encore) le prix Pullitzer en 2004 pour son liver sur Isaac Newton et son dernier ouvrage “The Information: A History, a Theory, a Flood” a notamment reçu le prix “Royal Society Winton Prize for Science Books” en 2012 (le même prix que reçu Brian Greene en 2000 pour “l’Univers Élégant”.


Autant dire, ce monsieur est quelqu’un de sérieux et qui sait raconter des histoires sur un sujet des sciences tout en restant captivant! Ses livres ont d’ailleurs été traduits dans plus d’une vingtaine de langues.


James Gleick est en plus quelqu’un qui vit avec son temps. Vous pouvez le retrouver sur internet et notamment sur son site : http://around.com (pas mal comme nom de domaine !!!), mais aussi sur twitter : @JamesGleick.


Un livre


Avant-propos


Venons-en au livre dont il est question aujourd’hui “La Théorie du Chaos”.


Si on ne connaît pas l’auteur, on peut croire que l’on va avoir à faire à un livre présentant les fondements mathématiques, théoriques du Chaos. Mais ce n’est pas ce que vous trouverez dans cet ouvrage. James Gleick ne va pas enchaîner, Théorèmes, Lemmes ou démonstrations pour vous donner un cours sur la théorie du chaos.


Si vous connaissiez l’auteur, et bien ce que je viens de dire ne vous étonnera pas …


Alors juste histoire de placer le contexte, je vais juste revenir sur ce qu’est le chaos. Pour les moins troglodytes d’entre nous, le chaos c’est un sujet qu’abordait Jeff Goldblum, alias le Professeur Ian Malcolm, dans Jurassic Park. Et pour ceux qui ne sont pas au courant : Jurassic Park, avant d’être un film à succès de Steven Spielberg, il s’agit d’un livre (aussi à succès) écrit par Michael Chrichton. Bon, pour revenir à Ian Malcolm : pour lui le chaos était une façon d’expliquer que l’on ne peut pas forcément savoir ce qu’il va se passer avec des dinosaures dans un environnement dans lequel ils n’ont rien à faire. Il donne d’ailleurs un exemple du chaos avec le chemin que peut prendre une goutte d’eau que l’on ferait glisser le long de sa main. On peut savoir ce qu’il va se passer au global, elle va descendre, mais on ne sait pas le chemin qu’elle va prendre. On sait juste que les imperfections de la main, la pression de l’ai environnant, le mouvement de la terre, etc sont des phénomènes qui influent sur le chemin que prendra la goutte.


Plus généralement on dit d’un système dynamique qu’il est chaotique si il est très fortement sensible aux conditions initiales et qui possèdent une forte récurrence dans son évolution.


D’ailleurs si vous voulez en savoir un peu plus sur le chaos, vous pouvez écouter l’épisode de Podcastscience que Robin a réalisé sur le sujet.


Avant d’entamer le coeur même de la revue, je voudrais juste signaler que je me suis inspirer d’une fiche de lecture qui m’a permis de recouper mes notes et qui s’est avérée très intéressante dans la rédaction de tout ceci. Cette fiche a été rédigée par Patrice Jeandroz et vous pouvez d’ailleurs y retrouver plein d’autres informations associées au chaos : d’autres livres ou des sites web en parlant.


La revue


Le Chaos : un terme bien étrange et complexe que l’on utilise pour décrire un peu tout et n’importe quoi. Mais surtout tout ce que l’on ne comprend pas. Enfin, tout ce que la physique classiques ne nous permet pas de comprendre.


Durant le XXème siècle, des domaines variés comme la formation des nuages en météorologie, la turbulence formée par les avions en mécanique des fluides, ou encore les paquets de données perdus dans les télécommunications furent associés au sein d’un domaine plus global que l’on nomma Chaos.


Les théories classiques se bornaient jusque-là à enseigner les comportements classiques des phénomènes, supprimer les perturbations trop importantes, éviter de considérer les turbulences, etc dans la droite lignée du déterminisme Cartésien qui fit foi pendant si longtemps. Mais ces outils montraient leurs limites. Pour tenter de trouver des solutions, les chercheurs furent plus imaginatifs, se concentrant sur les formes générales, se servant de l’outil informatique naissant pour essayer de simuler et de prévoir l’imprévisible.


Ces travaux, à la limite des domaines d’application auxquels ils tentaient d’apporter des réponses, étaient souvent à l’interface entre la physique, les mathématiques, la biologie, etc. Cet aspect disparate à longtemps laissé les chantres du Chaos isolé dans leurs domaines respectifs. Mais ceci a changé quand ils comprirent que les mêmes outils pouvaient être utilisés dans d’autres domaines.


Le premier a apporter sa pierre à l’édifice fut, selon James Gleick, Edward Lorenz. Météorologue de formation, il s’ingénia en 1960 à tenter de simuler le temps avec, dans un premier temps, les équations les plus simples possibles. Mais il se rendit compte d’une chose assez étonnante pour ce croyant dans le déterminisme newtonien : des imprecisions dans les paramètres d’entrée font apparaître sur le long terme des schéma totalement différents pour les prévisions du temps obtenues. C’est ce phénomène qui provoque une imprécision dans les prévisions que l’on voit à la télé pour le long terme.


Cette dépendance aux conditions initiales est un des points fondamentaux de la théorie naissante du Chaos. Cette dépendance a d’ailleurs inspiré le principe de l’effet papillon que tout le monde connaît aujourd’hui.


Pour arriver à comprendre ce qu’il se passe dans ces systèmes chaotiques, Edward Lorenz a décrit leurs comportements dans un espace dit de phases où l’on retrouve l’autre grand élément de la théorie du Chaos : les attracteurs étranges. Formes décrivant les trajectoires des systèmes chaotiques, le plus connus est aussi celui en forme de papillon décrit par ce cher Lorenz.


L’étude de systèmes chaotiques liés au vivant ont fait apparaître un autre outil : le diagramme de bifurcation qui montre comment les systèmes évoluent avec un changement dans les paramètres d’entrée. Cet outil a notamment été mis en place par Robert May, biologiste de Princeton.


Ces outils : attracteur étrange, diagramme de bifurcation, et d’autres se voient appliquer dans un grand nombre de domaines: les problèmes de fibrilation du coeur par exemple, ou encore pour les orbites des planètes.


Ce que l’on se rend compte avec le chaos, c’est qu’il est d’une part extrèmement sensible aux conditions initiales, qu’il ne se répète jamais (ce que l’on voit sur les attracteurs étranges), qu’il est tout du moins déterministe (des conditions initiales définies donnent une résultat défini).


Mais les chercheurs du chaos ne se sont pas arrêté là. James Gleick nous conte notamment l’histoire de Benoît Mandelbrot. En travaillant sur les problèmes de bruit dans les communications, il montra qu’à différentes échelles, on retrouve la même répartition de pertes de paquets. Et que cette invariance d’échelle est constitutive des objets fractals qu’il montra au monde.


Une fois que les mathématiciens créèrent cet objet, différentes sciences s’en sont emparées : biologie avec des la forme des feuilles, le fameux flocon de Koch, les nuages, les choux fleurs ou romanesko, etc, mécanique avec la surface de contact des pneumatiques, ou même en cosmologie avec la répartition des amas de galaxie, des galaxies, des nébuleuses, des étoiles, etc …


On remarque que ce chaos peut-être source d’ordre : les atomes s’agitent de manière désordonnée et aboutissent à un comportement de fluide, des phénomène d’auto-organisation comme pour la réaction de Belossov-Jabotinski ou d’auto-catalyse en chimie émergent de cette non-organisation au niveau inférieur.


Avec ces outils des problèmes auxquels on ne pensait pas trouver de solution se sont vu apporter un certain nombre de réponses et d’information pour comprendre quoi faire pour les prendre en compte : télécommunication, turbulence en mécanique des fluides, etc.


En conclusion


Au cours de son récit, James Gleick nous raconte la vie des pionniers du Chaos, Lorenz, Small, May, Feigenbaum, Mandelbrot, le groupe de Santa Cruz avec Shaw et Farmer, Libchaber, etc. tous ces hommes et femmes qui ont passé du temps à découvrir comment le Chaos émergeait dans les sciences et comment le dompter pour en apprendre plus sur les phénomènes qu’il régissait.


Des penseurs libres, et aussi un peu poète, qui ont su sortir des idées préconçues de leur science pour découvrir de nouvelles choses, aborder les problèmes avec un oeil neuf, et dépasser les barrières des disciplines pour apprendre des autres.


James Gleick nous raconte la théorie du Chaos non pas comme une suite de théorèmes mathématiques ou de protocoles physiques, mais comme une histoire. Une histoire où apparaissent de-ci, de-là des choses sans structure réelle, pour ensuite s’assembler, s’auto-organiser et permettre une cohérence globale. Une histoire aussi chaotique que les sujets qu’elle a cherché à aborder et comprendre.


Ce que j’ai ressenti à la fermeture de ce livre fut que James Gleick fait vraiment la part belle à l’humain dans ces recherches. L’histoire du Chaos fut vraiment celle de personnes à la recherche d’une compréhension plus profonde du monde qui les entourait, de personnes qui voulait voir plus loin que le chemin limité du monde ou tout se passe bien. Ils voulaient comprendre ce qui fait que la vie est la vie.


Ce livre m’a fait comprendre une chose : il y a une harmonie sous-jacente à toute chose qui forme notre perception du monde. Le chaos n’est qu’une de ses facettes. Pour l’entendre et la percevoir il nous faut juste le bon filtre pour que les accords parfait s’égrènent à nous dans toute leur globalité.


Un livre qui n’a rien à voir



Neuromancien - W. Gibson - Crédits goodreads : http://goo.gl/sZrplv

Neuromancien - W. Gibson - Crédits goodreads : http://goo.gl/sZrplv

 


Je ne sais pas pourquoi, mais James Gleick me fait penser à William Gibson. Allez savoir (peut-être que c’est parce que leurs noms commencent par un G …). Et si il y a un livre auquel je pense concernant William Gibson c’est bien sûr “Neuromancien”.


Si ce livre n’est pas le chef d’oeuvre du style cyber-punk, je ne sais pas ce qu’il vous faut ! Ce livre a inspiré tout une génération d’écrivain, et de scénariste, comme pour Matrix, Akira, Ghost In The Shell, Elysium et d’autres.


Multi-récompensé : prix Philip K. Dick. et Nebula en 1984 ou encore prix Hugo en 1985, il s’agit d’un must-read absolu. Si vous n’êtes jamais entré dans le cyber-punk lisez-le. Il sera comme une initiation douce et en même temps psychédélique à ce monde qui peuple aujourd’hui la plupart des histoires fantastiques et de SF que nous voyons sur nos écrans. Dans la même veine on pourrait citer selon moi Blade-Runner, Johnny Mnemonic, et ceux que j’ai cité plus haut.


C’est peut-être l’omniprésence de l’informatique dans nos vie, les outils comme Oculus Rift qui vous immerge, ou encore les smartphones, nos connexions perpetuelles au réseau, le pouvoir de l’argent et des multi-nationales sur nos vie et la 3D qui me font dire que ces oeuvres sont parfois des oracles, certe audacieux, mais bien trop réalistes pour ne pas nous donner une vue de ce que pourrait être un futur peut-être pas si éloigné et fantasmé que ce que certains voudraient croire.


Un livre que j’aimerais lire



Les objets fractals: forme, hasard et dimension - B. Mandelbrot - Crédits Amazon : http://goo.gl/BYDTQH

Les objets fractals: forme, hasard et dimension - B. Mandelbrot - Crédits Amazon : http://goo.gl/BYDTQH

 


En lisant la “Théorie du Chaos” de James Gleick on se prend à vouloir en savoir un peu plus sur ces femmes et ces hommes illustres qui ont donné ses lettres de noblesse au Chaos. Ayant entendu parlé des fractales étant plus jeunes : ça faisait de jolies images, j’étais curieux d’en savoir un peu plus à propos de Benoît Mandelbrot et du travail qui a amené tant de changement dans nos vies grâce à lui.


Je ne sais pas si le livre “Les Objets fractals. Forme, hasard et dimension” qui a été publié en 1989 sera celui qui me fera tout comprendre tous les objets fractals, que ce soit à cause du livre ou de moi, mais je le mettrais volontier dans la liste des livres que j’aimerais lire!


Un livre qui vous permet de comprendre des choses à propos d’objets qui façonne autant de phénomène dans la nature et dans nos vies doit être profondément intense.


Quote


 


Cette citation est de Mary Shelley, l’auteur de Frankenstein:



Invention, it must be humbly admitted, does not consist in creating out of void but out of chaos.


Mary Shelley



Plugs et liens évoqués


Conclusion


Que vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas les bras croisés. Inondez-nous de courrier, de commentaires, de like - ou pas - de tweets, de retweets, de clin d’oeils, de serviettes en papier, je n’en ai plus à la maison ou l’oeuvre complète de Simon Singh si jamais elle ne vous sert que comme matériau pour allumer votre barbecue chaque été.


Vous pouvez ainsi retrouver LisezLaScience sur son site web http://lisezlascience.wordpress.com Vous pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience et le podcast est accessible sur podcloud et sur podcastfrance (http://podcastfrance.fr/podcast-lisez-la-science).


Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com


Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode et ceux de celui-ci sont sur l’étagère “lls-4”


Prochain épisode


On se retrouve le 22/06/2014 pour un nouvel épisode sur “Le Beau Livre de la Médecine - Des sorciers guérisseurs à la microchirurgie”.


D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.


Les références des livres évoqués



  • La Théorie du Chaos

    • ISBN : 2081218046 (ISBN13 : 9782081218048)

    • Auteur : James Gleick

    • Nombre de pages : 431

    • Date de parution : 13/10/2008 (édition revue et corrigée) chez Flammarion

    • Prix : 10,20€ et constaté à 9,69€ chez Amazon et la Fnac



  • Neuromancien

    • ISBN : 229030820X (ISBN13 : 9782290308202)

    • Auteur : William Gibson

    • Nombre de pages : 319 pages

    • Date de parution : 11/01/2001 chez J’ai Lu

    • Prix : 6,20 € et constaté à 5,89 € chez Amazon et la Fnac



  • Les Objets fractals. Forme, hasard et dimension

    • ISBN : 2081246171 (ISBN13 : 9782081246171)

    • Auteur : Benoît Mandelbrot

    • Nombre de pages : 212 pages

    • Date de parution : 20/10/2010 chez Flammarion

    • Prix : 9,20 € et constaté à 8,74 € chez Amazon et la Fnac



Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-4

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 3 - L'Univers des Nombres de H. Lehning

episode-3-LUniversDesNombres.mp3

episode-3-LUniversDesNombres.mp3

Télécharger Télécharger ( 11 Mo )

Il y a deux semaines, nous avons parlé du livre de Roland Lehoucq « La SF sous les feux de la science ». Dans cet ouvrage, il faisait le point sur les idées développées par la science-fiction à la lumière de nos connaissances scientifiques d’aujourd’hui.

Aujourd’hui nous allons parler mathématiques, et plus particulièrement leur histoire avec Hervé Lehning avec le livre : “L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet”. Ce livre nous emmène tout au long de l’histoire pour découvrir comment les mathématiques ont été forgées, quelles ont été les étapes qui ont été prises, quels sont les chemins qui ont été parcourus et ceci sans qu’il ne soit nécessaire de posséder un bagage mathématique digne d’une classe préparatoire.


L'Univers des Nombres : de L'Antiquité à Internet - Hervé Lehning. Crédits : http://goo.gl/TppTvq

L'Univers des Nombres : de L'Antiquité à Internet - Hervé Lehning. Crédits : http://goo.gl/TppTvq

Sommaire



  • Quelques mots sur Hervé Lehning

  • Le livre : « L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet »

  • Un livre qui n’a rien à voir

  • Un livre que j’aimerais lire

  • Une Quote

  • Plugs

Un auteur



Hervé Lehning - Crédit : http://goo.gl/eJJx7c

Hervé Lehning - Crédit : http://goo.gl/eJJx7c

Hervé Lehning possède un cursus scientifique de qualité, élève de Normale Sup’ possédant une maîtrise d’histoire des religions, il a notamment travaillé dans l’enseignement et l’informatique.


Grand vulgarisateur il a participé à Tangente, un magazine sur les mathématiques, à travers divers articles sur des thèmes aussi variés que la cryptographie, la guerre, la théorie des jeux et encore bien d’autres.


Parmi ses ouvrages on retrouve bien sûr celui en question dans ce billet, mais aussi “Questions de maths sympas pour M. et Mme Toulemonde” pour lequel il a obtenu le prix Tangente.


Comme on peut le voir sur la page wikipédia qui lui est dédiée, Hervé Lehning est un écrivain prolifique : entre articles dans tangente et d’autres revues de vulgarisation, il enchaîne les oeuvres sur les mathématiques depuis plus de trente ans !


Vous pouvez d’ailleurs retrouver sur son site : www.lehning.eu ses ouvrages, des liens vers des conférences, etc.


Un livre


La revue


Venons-en au livre dont il est question aujourd’hui : “L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet”.


À travers ce livre, Hervé Lehning nous emmène tout au long de l’histoire pour découvrir comment les mathématiques ont été forgées, quelles ont été les étapes qui ont été prises, quels sont les chemins qui ont été parcourus et ceci sans qu’il ne soit nécessaire de posséder un bagage mathématique digne d’une classe préparatoire.


L’auteur nous fait ainsi découvrir pêle-même différentes choses que l’on ne sait pas forcément sur les nombres. On apprend par exemple que les mathématiques sont nées avec le besoin de compter en agriculture, au marché. Les commerçants comptaient ainsi avec des entailles réalisées sur des batons.


On découvre un peu plus loin le pouvoir mystique que les nombres ont eu pendant longtemps sur les Hommes et la relation très forte entre les mathématiques et le monde divin. Ce n’est pas quelque chose qui a disparu. N’oubliez pas que certains vont encore voir des numérologues ou que d’autres croient dans l’analyse mathématique de la bible ou des écrits de Nostradamus pour en apprendre plus sur notre futur. Tout du moins, ils croient pouvoir exploiter ces écrits de manière mathématique pour embobiner les plus crédules d’entre nous.


Désolé de cet apparté.


On voit d’ailleurs que certains nombres ont acquis au cours de l’histoire une position toute particulière dans les mathématiques : entre ceux qui ont été utilisés pour expliquer l’harmonie de toute chose comme le nombre d’or, ou ceux qui ont pendant longtemps été un problème pour le calcul de leur valeur comme Pi.


On peut aussi parler des nombres premiers, comment ils ont émaillé l’histoire des mathématiques depuis les grecs et comment ils continuent de fasciner les hommes avec la conjecture de Goldbach ou encore l’hypothèse de Riemann. Bon j’en parle; c’est moins parce que j’avais envie de citer l’épisode dédié aux nombres premiers qu’a fait Robin sur Podcastscience que parce que ces trucs sont cités dans le livre!


On apprend plus loin des choses très intéressantes sur la manière dont l’écriture positionnelle des nombres est née et comment les nombres romains ont été une plaie pour l’avancée des mathématiques à cause de l’écriture additive des nombres. C’est quand même plus simple de faire des multiplications et des additions avec nos magnifiques nombres indiens et/ou arabes plutôt qu’avec des croix, des vés et des bâtons…


On découvre d’ailleurs que les babyloniens avaient déjà une écriture positionnelle (c’est dire la régression avec les romains), mais pas de zéro (ce qui rendait des fois les calculs un peu compliqués, est-ce un soixante ou un un?).


Mais les mathématiques, ce ne sont pas que de l’arithmétique. C’est aussi de la géométrie! On découvre ainsi que les grecs étaients les rois de la règle et du compas, et que pour eux le zéro n’était pas un nombre (à quelle distance correspond ce nombre ???).


Si d’ailleurs vous voulez en savoir un peu plus sur le zéro et son histoire plus spécifique, je vous conseille vivement le dossier en deux parties de NicoTupe sur la question qu’il a réalisé pour Podcastscience. De manière plus générale, vous pouvez aussi écouter l’épisode qu’avait réalisé Robin de Podcastscience sur l’origine des objets mathématiques.


Plus tard on découvre aussi comment les nombres ont évolué d’entiers à rationnels, puis réels et complexes, etc. Les rationnels sont venus de la découverte qu’un carré de côté 1 possède une diagonale dont la distance n’est pas entière, mais rationnelle, justement. Les complexes quant à eux sont venus des travaux autour de la résolution des équations aux puissances avec des degrés supérieus à 1. On trouvera plus tard que tout se passe aussi de manière bien plus simple avec eux. Et pas qu’en mathématiques, en physique notamment!


Hervé Lehning nous parle encore de l’évolution des mathématiques avec notamment les problèmes d’infinis, comment ils sont apparus et comment ils ont été domptés tout au long de l’histoire, notamment par Cantor qui n’en revint pas vraiment de ces infinis qu’il avait abordé. Ces questions sur les infinis vont d’ailleurs avec les problématiques de dénombrable et de continu, et on comprend qu’entre deux infinis, et bien il peut y en avoir un plus grand que l’autre, d’infini. (Lisez le livre, sans ça, on va pas pouvoir tenir le format du podcast). Sur les questions d’infinis vous pouvez lire le livre de Trinh Xuan Thuan “Désir d’infini” qui traite en partie le sujet des infinis en mathématiques, ainsi que l’épisode de Podcastscience de NicoTupe sur la question.


On apprend enfin le tort qu’il peut être fait avec les mathématiques. Comment les chiffres et leurs usages mal-intentionnés (ou pas intentionnés du tout des fois même, ce qui est pire) peut conduire à des décisions tragiques. Les statistiques sont ainsi un outil utilisé parfois en bonne intelligence, et parfois sans faire attention au contexte des résultats qu’elles font ressortir.


Qui ne joue pas au Loto en se disant qu’il ne faut pas rejouer la combinaison sortie hier ? Les tirages sont pourtant indépendants, il y a autant de chance que les mêmes chiffres ressortent que ce soit les dates de naissance de votre chien, votre hamster et votre belle-mère !


En conclusion


Beaucoup de choses à dire en conclusion !


Tout d’abord, c’est un livre que l’on dévore. L’écriture est fluide et on ne se retrouve pas perdu à essayer de comprendre les termes utilisés ou les exemple cités. Tout y est clair et limpide. On se prend même à partager avec son conjoint, son collègue de bureau ou le premier venu les quizz et autres devinettes dont le livre est parsemé!


Par exemple :


Si 1000 poules pondent 1000 oeufs en 10 jours. Combien ponderont d’oeufs 10 poules en 1000 jours ?


Réponse page 295 :)


Autre point : tout le monde dit que les mathématiques sont rébarbatives. Et bien quand on explique d’où viennent les concepts, comment ils ont été traités et les applications qu’ils avaient hier et aujourd’hui, on se prend à aimer les mathématiques et à vouloir en savoir plus ! Et oui, ce n’est pas moins que cela qu’arrive à faire Hervé Lehning dans son livre : il arrive à nous faire aimer les mathématiques sans que l’on s’en rende compte !


Bon, moi j’ai fait un cursus en mathématiques, dont j’étais déjà plus ou moins convaincu, mais cela m’a re-convaincu !


D’ailleurs, quelque chose de marrant (enfin, marrant pour un livre de mathématiques, hein): quand on lit les deux premiers chapitres, on en vient à se demander si ce n’est pas encore un énième livre d’un illuminé qui va nous expliquer comment les chiffres vont résoudre tout nos problèmes et nous expliquer le futur à venir. En fait non, c’est juste qu’à une époque, les chiffres avaient effectivement ce pouvoir, ce mystique dont des reliquats nous enquiquinent encore la vie. Qui ne s’est pas dit qu’il ne fallait pas être 13 à table ou que le 7 porte bonheur ? Vous voyez!


“L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet” est en tout cas un livre riche d’enseignement, facile et agréable à lire, avec en prime des exercices sympathiques qui jalonnent le livre et qui peuvent y faire s’intéresser ceux qui n’auraient pas cru que l’on pouvait s’amuser avec les mathématiques :)


Très bien illustré, il ne s’agit pas d’un livre où s’égrennent les démonstrations de théorème ou de lemme en tout genre. Plutôt une balade sympathique dans ce doux paysage valonné de nombre d’or, d’infini dénombrable, d’exponentielles ou encore de nombre complexes s’inscrivant dans des plans imaginaires. Une musique douce qui sous-tend notre univers et que l’on a ainsi plaisir à découvrir à travers les mots qu’Hervé Lehning a bien voulu coucher sur le papier.


À force de parler de mathématiques, j’en deviens poète !


Un livre qui n’a rien à voir



Étoiles, garde-à-vous ! de R. Heilein - Crédit goodreads : http://goo.gl/K5ZIYq

Étoiles, garde-à-vous ! de R. Heilein - Crédit goodreads : http://goo.gl/K5ZIYq

Vous ne connaissez peut-être pas le livre “Étoiles, garde-à-vous !” de Robert A. Heinlein. Il s’agit en fait de la traduction de “Starship Troopers”.


Pour ceux qui n’auraient vu que l’adaptation de Paul Verhoven, ce livre mérite le coup d’oeil. La vision de la société qui est proposée par le film est spécifique à Paul Verhoven. Le livre est moins comique et n’est pas du tout dérisoire. Au contraire, il s’agit un peu d’un carnet de route d’un militaire qui gravit l’échelle dans un combat où l’on ne connaît pas vraiment l’ennemi.


Les personnages importants sont là, mais ils sont dépeints de manière plus dramatiques, plus froide, plus guerrière peut-être. Même si comme certain, vous avez été attirés par la satyre de la société que l’on peut voir dans l’adaptation cinématographique, je pense que vous pourrez être attiré par l’histoire et la vie d’un soldat en temps de guerre que Robert Heinlein nous décrit dans cet ouvrage.


Un livre que j’aimerais lire



La Croyance au paranormal - JM Abrassart - Crédit goodreads : http://goo.gl/bbBVRf

La Croyance au paranormal - JM Abrassart - Crédit goodreads : http://goo.gl/bbBVRf

Si je devais choisir un livre que j’aimerais lire, je pense que je pencherais pour “La croyance au paranormal: Facteurs prédispositionnels et situationnels” de Jean-Michel Abrassart. Outre d’être l’instigateur du fameux podcast “Scepticisme Scientifique”, il a aussi écrit ce livre pour parler de tout ces phénomènes auxquels certains croient dur comme fer : phénomène ovni, miracles catholiques (peu après la canonisation de deux papes, cela tombe bien), ou encore les anges et les revenants.


Jean-Michel Abrassart nous explique d’où tout cela provient et pourquoi nous avons ces croyances ancrés en nous depuis la nuit des temps. J’ai toujours été, sans forcément dire sceptique, en proie à un certain doute quand à la plupart de ces choses et que serait intéressé de connaître la position de Monsieur (avec un grand M) Abrassart sur ces points. Outre que ma culture personnelle s’en sortira grandie, j’aurais aussi les éléments à opposer à ceux qui y croient, parfois fermement et suite à une grande réflexion, ou alors par mimétisme avec leurs aînés.


Quote



On sourit aux distractions des mathématiciens. On frémit en songeant à celle que pourrait avoir un chirurgien.


Pierre Dac



Plugs et liens évoqués


Conclusion


Que vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas les bras croisés. Inondez-nous de courrier, de commentaires, de like - ou pas - de tweets, de retweets, de clin d’oeils. Si jamais les livres de Carl Sagan que vous avez sous vos édredons dans votre placard vous dérangent, n’hésitez pas à me les donner, je suis preneur.


Vous pouvez ainsi retrouver LisezLaScience sur son site web http://lisezlascience.wordpress.com Vous pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience et le podcast est accessible sur podcastfrance et depuis peu sur podradio.


Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com


Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode. Pour cet épisode l’étagère est nommée “lls-3”.


Prochain épisode


On se retrouve le 08/06/2014 pour un nouvel épisode sur « la Théorie du Chaos » de James Gleick.


D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.


Les références des livres évoqués



  • Étoiles, garde-à-vous !

    • ISBN : 2290332232 (ISBN13 : 9782290332238)

    • Auteur : Robert A. Heinlein

    • Nombre de pages : 314 pages

    • Date de parution : 13/10/2003 chez J’ai Lu

    • Prix : 6,30 € et constaté à 5,99 € chez Amazon et la Fnac



  • La croyance au paranormal: Facteurs prédispositionnels et situationnels

    • ISBN : 613154901X (ISBN13 : 9786131549014)

    • Auteur : Jean-Michel Abrassart

    • Nombre de pages : 104 pages

    • Date de parution : 19/11/2010 chez

    • Prix : 39,00 € et constaté à 37,05 € chez Amazon



  • Désir d’Infini

    • ISBN : 2213635110 (ISBN13 : 978-2213635118)

    • Auteur : Trinh Xuan Thuan

    • Nombre de pages : 400 pages

    • Date de parution : 15/05/2013 chez Fayard

    • Prix :  21,50 € et constaté à 20,43 € chez Amazon et la Fnac



  • L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet

    • ISBN : 2875151835 (ISBN13 : 9782875151834)

    • Auteur : Hervé Lehning

    • Nombre de pages : 320 pages

    • Date de parution : 24/04/2013 chez Ixelle Éditions

    • Prix : 19,90 € et constaté à 18,91 € chez Amazon et la Fnac



Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-3

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 2 - La SF sous les feux de la science

episode-2-LaSFSousLesFeuxDeLaScience.mp3

episode-2-LaSFSousLesFeuxDeLaScience.mp3

Télécharger Télécharger ( 13 Mo )

Il y a deux semaines, nous avons parlé du livre de Brian Greene « La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos ». Pour ce nouvel épisode de « LisezLaScience », nous allons rester dans le domaine de la physique mais avec un éclairage un petit peu différent. Nous allons voir comment la science éclaire ce que nous raconte la Science-Fiction.

En effet les auteurs de science-fiction sont parfois perçus comme des visionnaires, à développer des idées qui sont vues aujourd'hui comme farfelues mais qui seront peut-être communes demain. Roland Lehoucq, l’auteur de « La SF sous les feux de la science » fait le point sur ces idées développées par la science-fiction et nous explique tout au long de ce livre ce que la science peut dire à leur propos. Petite review de ce livre extrêmement intéressant !


La SF sous les feux de la science - crédit : goodreads (https://www.goodreads.com/book/show/21479634-la-sf-sous-les-feux-de-la-science)

La SF sous les feux de la science - crédit : goodreads (https://www.goodreads.com/book/show/21479634-la-sf-sous-les-feux-de-la-science)

Sommaire



  • Quelques mots sur Roland Lehoucq

  • Le livre : « La SF sous les feux de la science »

  • Un livre qui n’a rien à voir

  • Un livre que j’aimerais lire

  • Une Quote

  • Plugs et remerciements

Un auteur



Roland Lehoucq - crédit : goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/authors/1386134521p8/810109.jpg)

Roland Lehoucq - crédit : goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/authors/1386134521p8/810109.jpg)

Roland Lehoucq est un astrophysicien au Commissariat à l’Énergie Atomique de Saclay et il travaille sur la topologie cosmique (Pour faire simple, et je dois caricaturer, il s’agit de la forme de l’univers : plat, en forme de chips, de sphère, etc) . Agrégé en physique de l’École Normale Supérieure de la rue d’Ulm,  il donne notamment des travaux dirigés à l’École Polytechnique dans différents cours comme en physique nucléaire et relativité restreinte.


Il a écrit un certain nombre d'ouvrages de vulgarisation scientifique comme par exemple « Les extraterrestres expliqués à mes enfants » ou « D'où viennent les pouvoirs de Superman ? Physique ordinaire d'un super-héros ». J’en parlerais aussi un peu dans cette revue vue la proximité des sujets abordés.


Parmi la pléthore d’activités qu’il réalise, il est entre autres : chroniqueur à la revue de science-fiction Bifrost, il publie occasionnellement des articles de vulgarisation dans le magazine Pour la Science et il est administrateur de l'Association française d'Astronomie!


Il est donc très impliqué dans la vulgarisation scientifique et cette implication a été maintes fois primée. Notamment par le Prix Jean Perrin de la Société Française de Physique en 2004. On peut retrouver plus de détails sur ses prix et publications sur sa page Wikipédia.


Et franchement, si vous voulez en apprendre un peu plus sur la science et la science-fiction de manière sympa, ses ouvrages sont pour vous ! Pour avoir notamment lu les deux que je citais un peu plus haut, je conseille très fortement ! Mais revenons à notre ouvrage d’aujourd’hui.


Un livre


Avant-propos


Nous allons donc aborder le livre de Roland Lehoucq « La SF sous les feux de la science ». Avant d’entamer le contenu, Claude Ecken qui a écrit la préface, explique que le but de Roland Lehoucq n’est pas de démonter les innovations technologiques fantastiques qui font le sel de la SF. Au contraire, son but est plutôt de montrer les points clés de ces merveilles et d’expliquer où en est aujourd’hui la science et ce que l’on peut dire à leurs propos.


Ce livre n’est donc pas un pamphlet démontant les extravagances des œuvres de SF (parce que si, des fois, il y en a), mais plutôt faire un état des lieux de la science en lien avec elles. Ceci nous permet ainsi de comprendre un peu le chemin qu’il reste à faire si l’on souhaite vraiment arriver à mettre en place certaines de ces technologies.


La revue


Roland Lehoucq aborde dans ce livre les grands classiques de la SF. Et pour que tout le monde comprenne bien ce que l’on entend par SF ici, il s’agit beaucoup de Science Fiction spatiale ou encore technologique mais avec pléthore de références attention. Références que l’on retrouvera d’ailleurs à chaque fin de chapitre. On parlera ainsi de rayon de la mort, de vaisseau spatial, de télé-transportation, champs de force et autres.


Il est vraiment intéressant de voir de quelle manière Roland Lehoucq traite les sujets : quand il en aborde un il va chercher tout d’abord à décrire plus précisément les phénomènes qui peuvent être en jeu, en expliquer les tenants et les aboutissants et enfin donner le point de vue de la science actuelle en présentant ce que cela implique et le chemin qu’il resterait encore à faire pour arriver à réaliser ces miracles. Parce que parfois il s’agit de miracles.


Pour le rayon de la mort, Roland Lehoucq explique par exemple les différentes déclinaisons que l’on retrouve dans la SF : rayon de lumière concentrée (pas si éloigné des lasers finalement), rayon à ultra-sons, etc. avec parfois les tentatives bien réelles qu’il y a pu avoir pour tenter de créer ce genre d’appareil.


Il aborde aussi le cas des champs de force tels qu’on les voit décrit dans les œuvres comme Star Trek par exemple et les différentes possibilités qui existent pour arriver à en créer : champs électromagnétiques, gravité, etc. Star Trek est d’ailleurs une œuvre qui est largement abordée dans ce livre, mais aussi dans un livre plus spécifique écrit par Laurence Krauss nommé « The Physics of Star Trek ». Loin d’être inintéressant, ce dernier, après tout un passage qui aborde effectivement la série et ses films, se perd un peu, selon moi, à être plus général. Comme si finalement il n’y avait pas assez de choses à dire et qu’il fallait en rajouter ou condenser ce qui aurait pu former deux livres indépendants en un seul. Étant un trekkie moi-même, j’aurais pu préféré le livre spécifique sur Star Trek, mais finalement moi que celui dont nous parlons aujourd’hui.


Les problématiques des matériaux nécessaires pour arriver à construire toutes ces fantastiques machines sont aussi abordées : comment créer de l’anti-gravité, comment créer des matériaux plus résistants que le diamant, comment devenir invisible, comment ranimer un étoile mourrante ou comment créer des armes à base de matériaux inconnus et très destructeurs. Pléthore de questions à laquelle la SF répond avec maintes innovations techniques et pour laquelle la science est capable de raconter certaines histoires permettant de comprendre le décalage avec la réalité.


A côté de la télé-transportation ou de la réalité des morts effroyables que l’on subirait (ou pas) dans le vide si on ouvrait grand un hublot de bon matin (vous savez, comme quand vous voulez aérer la navette parce que Dimitri ne se lave pas les dents), Roland Lehoucq aborde des sujets moins futuristes mais tout aussi catastrophiques ou inquiétants. On peut citer pêle-mêle : les catastrophes de fin du monde (comme celle mise en avant dans le film 2012) ou encore les vampires qui sont prêts à sucer le sang de nous autres pauvres humains chétifs et insignifiants.


Outre les fantasmes sur les dates potentielles pour les fins du monde pour le premier point (on peut d’ailleurs citer un superbe épisode de podcastscience sur le sujet que je conseille fortement sur la question), on peut aussi mentionner un certain nombre de maladies réelles pour expliquer le mythe du vampire et ses différentes facettes : réaction excessive de la lumière, bestioles suceuses de sang ou encore crainte de l’ail. On peut d’ailleurs aussi citer un épisode de podcascience sur le mythe du vampire et les différentes sources historiques pouvant l’expliquer.


En conclusion


Avec « La SF sous les feux de la science », Roland Lehoucq arrive, de manière très sympathique et agréable à lire, à nous raconter les grands thèmes de la SF et les réalités de la science d’aujourd’hui les concernant, sans les détruire ou chercher à en faire une critique négative. Bien au contraire, on découvre les principes physiques qui pourraient être à l’origine de certains et on comprend ce qu’il faudrait à des ingénieurs et des chercheurs fous pour finalement arriver à les réaliser.


Dans cette revue je n’ai pas pu parler de tous les sujets que Roland Lehoucq aborde dans son livre, mais il y a encore plein de choses passionnantes à découvrir et qui montre aussi que la SF, loin d’être une source d’inconsistances et de déclarations fallacieuses est une source inépuisable d’innovations créatives. Par exemple : il existe une légende urbaine qui voudrait que le concept de téléphone portable ait été popularisé par les communicateurs de Star Trek. Autre exemple : la NASA aurait repris il y a quelques années l’idée d’un ascenseur spatial comme le décrivait Arthur C. Clarke dans « Les Fontaines du Paradis ».


Bon nombre d’auteurs de SF ont d’ailleurs été présentés comme des « prescients » capables de prévoir ce que serait les inventions et les sociétés du futur. Mais comme je l’expliquais dans l’épisode précédent, nous ne pouvons pas réellement savoir quelles seront les innovations technologiques dans 50 ou 100 ans, et notre imagination peut être totalement fausse, ou bien fantastiquement réaliste.


D’ailleurs, si vous vous en savoir un peu plus sur la SF et le lien avec la science, podcastscience a réalisé, avec Johnathan de Voyagecast deux épisodes sur la question qui sont vraiment un bon complément à ce livre (le second était réalisé avec Marie, @holihologram sur twitter).


Un livre qui n’a rien à voir



2001 L'odysée de l'espace - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1342983079l/1453765.jpg)

2001 L'odysée de l'espace - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1342983079l/1453765.jpg)

Un livre qui n’a rien à voir, mais aussi un film qui n’a rien à voir, avec le livre. Enfin si, mais bon, les avis divergent. Il s’agit de “2001, L’odyssée de l’espace”. Premier tome d’une quadrilogie écrite part Arthur C. Clarke, un génial écrivain de SF du siècle passé, ce livre raconte l’histoire de l’humanité. Une humanité dont l’évolution a été accompagnée par le monolithe qui était là pour nous faire avancer lors des moments décisifs. Je dis que le livre n’a rien à voir non plus avec le film, c’est un peu exagéré. Le film est bon, mais le livre étant dense, et comme c’était Stanley Kubrick derrière la caméra, il y a des choses qui sont parfois mises de coté et qui sont du domaine de sous-entendu. C’est un livre que j’ai beaucoup apprécié tout comme le film d’ailleurs. Plus que les suivants. Et je ne vous parle pas du film “2010: L’odysse deux” avec Rob Schneider. Vraiment inférieur au premier. Bon, Stanley Kubrick n’est pas derrière la caméra, ceci explique sans doute cela.


En tout cas, si vous vous intéressé à ce premier livre, lisez-le. Puis regardez le film. Vous vous ferez votre idée et vous apprécierez d’une part les talents d’écrivains d’Arthur C. Clarke et d’autre part les choix stylistiques de Stanley Kubrick!


Un livre que j’aimerais lire



En cherchant Majorana - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1383554165l/18751716.jpg)

En cherchant Majorana - crédit goodreads (https://d202m5krfqbpi5.cloudfront.net/books/1383554165l/18751716.jpg)

Si je devais donner cette semaine un livre que j’aimerais lire, je pense que je partirais vers « En cherchant Majorana » d’Étienne Klein. J’ai lu récemment le très bon livre écrit par Éric Simon « Soixante Nanosecondes ». Il faudrait d’ailleurs vraiment que je fasse une revue de ce livre un jour. Monsieur Simon, si vous m’entendez, dites-moi quand vous êtes dispo que nous en parlions ! Dans ce livre, Éric Simon relate en partie l’histoire mystérieuse de Majorana, ce génie italien du début du siècle précédent qui disparu sans vraiment laisser de trace. Quand on finit « Soixante Nanosecondes », l’intérêt pour Majorana a été aiguillonné. On est attiré vers ce personnage étonnant et incroyable et cela m’a donné envie d’en savoir plus sur lui, sur son travail, sur ce mystère qui l’entoure. Et donc de lire le livre qu’Étienne Klein lui a consacré.


Quote



How inappropriate to call this planet "Earth," when it is clearly "Ocean”.

Arthur C. Clarke



Plugs et liens évoqués



  • Je voudrais remercier ces messieurs de podcastscience pour le plug à propos de ce podcast et aussi pour le passage du premier épisode comme Hors-Série au sein de leur flux! Podcastscience est selon moi un exemple pour la podcastosphère scientifique. Ce podcast est né grâce à l’impulsion donnée par NicoTupe et certaines rubriques sont un peu beaucoup piquées à Podcastscience (comme celle-ci ou comme la quote par exemple)

  • Page Wikipédia de Roland Lehoucq

  • Podcast science 142 – Science et Fiction, aux frontières des deux mondes

  • Podcast Science 170 – Littérature d’anticipation, le retour de la SF

  • Podcast science 113 – Don’t panic!

  • Podcast science 64 – Les maladies expliquant le mythe du vampire

  • Je voudrais aussi remercier ceux qui nous suivent sur twitter et qui m’ont encouragé depuis le lancement de ce podcast :

    • Alan, Nico, David et toute l’équipe de podcastscience pour l’inspiration et le soutien ! Ainsi bien sûr que tous les compagnons de chatroom qui sont déjà abonnés au flux.

    • Xavier Durussel le community manager de podcastsuisse pour la pub

    • Josée Nadia pour son amour des livres de science !

    • Swoog pour ses conseils techniques et Samuel Golly pour ses retours très intéressants!

    • Blast pour son expertise audio impressionnante et que vous pouvez retrouver sur un podcast dédié aux fondus d’audionumérique : http://lessondiers.knarfworld.net

    • Tout les twittos qui suivent le compte twitter. Je ne les citerais pas tous, si je ne vous cite pas, venez me le dire, je le ferais avec plaisir lors du prochain épisode ! Panurgence, Guillaume Frasca, Jérémy Roggy, Synops, Martial de montmollin, Christian Jambroers, Johanne Lebel, Arthur Charpentier, Thomas Chevet, Rose Recherche, Implo, Mael Thep, Marc Robinson Rechavi, Zaftani, le grand puyo, Eljj, Johnathan de Voyagecast, Eric Simon, Mr Pourquoi, Pascal Metz, etc

    • Et aussi les membres de podCloud et podcastfrance sans qui il n’y aurait pas de flux et la logistique serait beaucoup plus compliquée !



Conclusion


Que vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas les bras croisés. Inondez-nous de courrier, de commentaires, de like - ou pas - de tweets, de retweets, de clin d’oeils, de serviettes en papier, je n’en ai plus à la maison, ou l’oeuvre complète de Jean-Paul Delahaye si jamais elle ne vous sert qu’à caler des tables et des guéridons.


Vous pouvez ainsi retrouver LisezLaScience sur son site web http://lisezlascience.wordpress.com Vous pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience et le podcast est accessible depuis peu sur podcastfrance (http://podcastfrance.fr/podcast-lisez-la-science).


Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com


Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode et pour celui-ci l'étagère est "lls-2".


Prochain épisode


On se retrouve le 26/05/2014 pour un nouvel épisode sur « L’Univers des nombres : De l’Antiquité à Internet ». D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.


Les références des livres évoqués



  • La SF sous les feux de la science

    • ISBN : 274650619X (ISBN13 : 9782746506190)

    • Auteur : Roland Lehoucq, Préface : Claude Ecken

    • Nombre de pages : 240

    • Date de parution : 20/09/2012 chez Le Pommier

    • Prix : 20 € et constaté à 19 € chez Amazon et la Fnac



  • The Physics of Star Trek

    • ISBN : 0465002048 (ISBN13 : 9780465002047)

    • Auteur : Lawrence M. Krauss

    • Nombre de pages : 280

    • Date de parution : 19/06/2007 chez Basic Books

    • Prix : 10,66 € chez Amazon



  • Les Fontaines du Paradis

    • ISBN : 2070317587 (ISBN13 : 9782070317585)

    • Auteur : Isaac Asimov, Traduction : Georges H.  Gallet

    • Nombre de pages : 480

    • Date de parution : 01/12/2005 chez Folio

    • Prix : 8,90 € et constaté à 8,46 € chez Amazon et la Fnac



  • Les extraterrestres expliqués à mes enfants

    • ISBN : 2021035352 (ISBN13 : 9782021035353)

    • Auteur : Roland Lehoucq

    • Nombre de pages : 112

    • Date de parution : 12/01/2012 chez Seuil

    • Prix : 8,10 € et constaté à 7,70 € chez Amazon et la Fnac



  • D'où viennent les pouvoirs de Superman ? Physique ordinaire d'un super-héros

    • ISBN : 2868836712 (ISBN13 : 9782868836717)

    • Auteur : Roland Lehoucq

    • Nombre de pages : 141

    • Date de parution : 15/09/2003 chez EDP Sciences

    • Prix : 16,00 € et constaté à 15,20 € chez Amazon et la Fnac



  • En cherchant Majorana d’Étienne Klein

    • ISBN : 2849902594 (ISBN13 : 9782849902592)

    • Auteur : Étienne Klein

    • Nombre de pages : 170

    • Date de parution : 26/09/2013 chez Des Équateurs

    • Prix : 17,00 € et constaté à 16,15 € chez Amazon et la Fnac



  • Soixante Nanosecondes


  • 2001: L’odyssée de l’espace

    • ISBN : 2290308145 (ISBN13 : 9782290308141)

    • Auteur : Arthur C. Clarke, Traduction : Michel Demuth

    • Nombre de pages : 191

    • Date de parution : 25/04/2001 chez J’ai Lu

    • Prix : 4,00 € et constaté à 3,80 € chez Amazon



Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-2

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 1 - La Réalité cachée de Brian Greene

episode-1-LaRealiteCacheeBGreene.mp3

episode-1-LaRealiteCacheeBGreene.mp3

Télécharger Télécharger ( 13 Mo )

Aujourd’hui nous allons parler du livre de Brian Greene « La Réalité Cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos ». Nous en apprendrons plus sur les univers parallèles qui émergent des théories physiques en vigueur aujourd'hui.


Couverture La Réalité Cachée

Crédit Robert Laffont : http://extranet.editis.com/it-yonixweb/IMAGES/RL/P3/9782221134061.jpg

Sommaire



  • Quelques mots sur Brian Greene

  • Le livre : “La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos”

  • Un livre qui n’a rien à voir

  • Un livre que j’aimerais lire

  • Une Quote

  • Plugs

Un auteur



Brian Greene - Crédit : wired (http://goo.gl/08q3gN)

Brian Greene - Crédit : wired (http://goo.gl/08q3gN)

Tout d’abord j’aimerais présenter l’auteur de ce livre à ceux qui ne le connaîtrait pas encore. Brian Greene est un physicien théoricien américain. Professeur de mathématiques et de physique théorique à l’université de Colombia à New York, il est surtout connu pour ses recherches en théorie des cordes dont il est un des spécialistes mondiaux et pour ses ouvrages de vulgarisation.


Ses écrits les plus connus sont « L’Univers élégant » paru en 1999, « La Magie du Cosmos » publié en 2004 et enfin le livre dont nous allons parler aujourd’hui : « La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos » paru en 2012.


« L’Univers élégant » qui fut publié en 1999 est un ouvrage de vulgarisation de la théorie des cordes. Ce livre était tellement bon qu’il était en lice pour le prix Pullizer en 2000. Il ne l’obtint pas, mais il obtint le Aventis Prizes for Science Books cette année-là. Bon, autant on peut connaître le prix Pullizer, autant l’autre un peu moins. Et bien il s’agit d’un prix décerné par la Royal Society (l’académie des sciences du Royaume-Uni). Soit dit en passant, la liste des nominés et des vainqueurs peut constituer une très bonne source de livres intéressants à lire quand il est question de science !


Le second livre de Brian Greene est un peu une suite au premier et il fut publié en 2004 (2005 pour la version française). Son rôle est de traiter les questions importantes que se sont posés les scientifiques du 21ème siècle dans la suite de leurs illustres prédécesseurs avec l’éclairage de la théorie des cordes.


Ces livres de Brian Greene ont été à l’origine de nombreuses émissions de vulgarisation. On peut par exemple citer l’adaptation du premier livre réalisée en 2004 pour l’émission Nova pour la chaîne PBS et qui fut ensuite adapté sur Arte en 2006 (Ce qu’Einstein ne savait pas encore). Ou encore l’adaptation de « La Magie du Cosmos » en un documentaire au titre éponyme en 2011 toujours sur PBS et qui fut par la suite aussi diffusé sur Arte en 2012.


Ce monsieur Greene est donc un vulgarisateur hors-pair qui n’hésite pas à payer de sa personne pour essayer de faire infuser les grandes idées théoriques de la physique de notre siècle auprès du grand public. A tel point qu’on le retrouve même dans la série The Big Bang Theory. Il y fait une apparition en jouant son propre rôle dans une conférence sur son dernier livre (celui dont nous allons parler aujourd’hui) à laquelle assistent les personnages de Sheldon Cooper et Amy Farrah Fowler.


Un livre


Introduction


Maintenant que nous avons présenté rapidement son auteur, abordons le livre dont il est question aujourd’hui : “La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos”.


Dans ce livre, Brian Greene essaie de donner au lecteur une vue des potentialités qu’offrent les différentes théories physiques possibles en ce qui concerne les univers parallèles. Un accent tout particulier est mis sur ceux issus de la théorie des cordes, Brian Greene étant un des spécialistes mondiaux du domaine. Il va ainsi en tirer un certain nombre de multi-univers potentiels à propos desquels certains esprits chafouins argueront que c’est bien la l’exemple que cette théorie n’est pas complète à cause de la multiplicité de paramètre non encore fixés qui permettent d’aboutir à autant d’univers. Esprits chafouins auquel je ne répondrais pas, je ne suis pas Brian Greene.


Il identifie ainsi neuf types d’univers parallèles qui peuvent émerger des équations qui fondent les théories scientifiques existantes aujourd’hui : univers infini, cosmologie inflationnaire, théorie des cordes, physique quantique ou univers virtuels sont en effet au programme !


Les univers parallèles de la cosmologie


Avec des mots simples, Brian Greene explique comment les théories en vigueur en cosmologie décrit pas à pas les différents possibilités de multi-univers qui émergent. Et comme c’est un spécialiste de la théorie des cordes et qu’elle est prompt à l’apparition de multi-univers, il bien va sûr les décrire. Mais commençons par aborder ceux qui sont issus d’autres théories cosmologiques.


Brian Greene présente ainsi le multi-univers en patchwork qui vient de l’hypothèse d’un univers infini qui se reproduirait dans l’espace en produisant des mondes parallèles, le multi-univers inflationnaire conséquence du modèle qui expliquerait l’homogénéité du rayonnement diffus cosmologique ou encore le multi-univers holographique qui est une application du principe du même nom développé notamment par Stephen Hawking.


Ces types de multi-univers ne sont pas des choses farfelues qui sortent de l’esprit de Brian Greene. On retrouve le premier dans l’ouvrage de Trinh Xuan Thuan nommé « Désir d’Infini », le second qui est aussi parfois appelé réseau d’”univers bulle est par ” peut d’ailleurs être retrouvé illustré au planétarium de Vaulx-En-Velin (près de Lyon) sur une des illustrations de l’exposition dédié à l’Univers. Exposition qui, soit-dit en passant, vaut le coup d’être vue, d’autant plus que le prix n’est vraiment pas très élevé (en groupe cela revient par exemple à 5 euros). Le troisième est l’un des apports à la physique théorique de Stephen Hawking qui le fit entrer dans le panthéon comme corrollaire à la découverte des notions de température et d’entropie pour les trous noirs.


Comme je le disais, Brian Greene aborde aussi les multi-univers qui peuvent sortir de la théorie des cordes. Brian Greene prend d’ailleurs le temps de nous expliquer le but initial de cette théorie : fédérer physique quantique et relativité générale afin de donner le contexte dans lequel les idées qu’il va développer vont aboutir aux types de multi-univers qui da nous présenter.


Il nous parle ainsi du multi-univers des branes qui sont des généralisations des cordes dans des dimensions supérieures dans le cas de l'existence de plusieurs branes, autant d’univers, qui seraient parallèles entre elles. Il nous parle aussi des multi-univers cycliques issus de plusieurs branes de l’univers précédent qui s’entrechoqueraient entre elles provoquants des big bangs.


Il nous parle aussi des combinaisons possible comme par exemple entre ceux issus de la théorie des cordes et de la théorie inflationnaire qui viennent clore la liste des multi-univers issus des théories cosmologiques.


Les autres multi-univers


Brian Greene aborde ensuite d’autres types de multi-univers, mais qui sont ceux-ci issus d’autres théories. Il parle par exemple du multi-univers quantique provenant de l’une des interprétations de la physique quantique fait par Everett sur l’existence dans de multiples univers de tous les résultats possibles auxquels peuvent conduire des mesures.


Il aborde aussi ceux issus de la technologie comme les idées d’univers parallèles comme présenté dans le film Matrix des frères Wachowski ou dans le livre Simulacron 3 de Daniel F. Galouye. Voire même plus largement dans le mouvement cyperpunk de manière générale.


Il finit enfin par un multi-univers vennant du fait que finalement, selon certains points de vue, notre univers n’est que mathématiques. Et comme il n’y a pas de raisons pour que seules les équations qui semblent gouverner le modèle que nous avons de notre univers existassent, tout ce que l’on peut imaginer pour ces équations et leurs paramètres peut exister. Ainsi on peut imaginer autant d’univers que l’on veut finalement, tous existent.


Mon point de vue


Voici un rapide aperçu du contenu de ce livre. Il faut noter que Brian Greene est un très bon vulgarisateur et que la traduction est plutôt de bonne qualité. Ainsi, on ne se retrouve pas à se demander de quoi il est question ou à relire trois fois la même phrase pour arriver à la comprendre. Les sujets abordés sont assez clairs et l’auteur arrive à faire la part des choses entre les informations à communiquer pour la bonne compréhension des sujets pour des néophytes et ce qui est plus complexe et qu’il renvoie aux notes pour ceux qui veulent voir des équations. Et pour comparer, même si je l’ai trouvé intéressant, Frank Close dans “Qu’est-ce que le vide?” ne fait pas état, selon moi, de la même capacité à simplifier le discours pour faire passer son message.


Un autre point intéressant vient de la façon dont Brian Greene aborde les différents types de multi-univers. Il passe nettement plus de temps à parler des multi-univers dont les hypothèses proviennent de la cosmologie et de la théorie des cordes (les cinq premiers) que sur le dernier qu’il appelle le multi-univers suprême qu’il ne semble traiter que par une volonté d’exhaustivité. Il reste aussi assez dubitatif sur le multi-univers quantique qui lui semble difficilement tenable au vu de la prise en compte des probabilités de présence des atomes dont les mesures possibles génèreraient les multi-univers correspondants (dois-je rappeler la position des esprits chafouins ?).


Un dernier point qui m’a un peu chiffonné : la traduction. Non pas que celle-ci soit de mauvaise qualité (je n’ai pas lu la version anglophone et ne saurait donc me prononcer), mais il me semble que la traductrice a du prendre parfois certaines libertés. En tant qu’amateur de la série “The Big Bang Theory”, j’attendais le passage sur les menus de restaurant chinois qu’aborde Brian Greene dans la série lors d’une conférence à laquelle assistent Sheldon et Amy. Et bien rien. À vrai dire, avant qu’il puisse parler de physique quantique je commençais déjà à avoir quelques doutes. Qu’il parle de la Tour Eiffel pour faire des comparaisons; à la limite. Il peut connaître la France et prendre cet exemple. Qu’il parle du gruyère Français : il doit vraiment être amateur de la France quand même … Surtout que je le rappelle, le gruyère est un fromage suisse… et sans trous ! Mais qu’il parle du Big Deal ! Non ! Il doit y avoir meilleure référence quand même. Et d’ailleurs meilleure référence qui puisse parler à des amateurs de science… Mais bon. Ce n’est pas très grave :)


Conclusion


Dans l’ensemble : “La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos” est un livre intéressant, agréable à lire et bien écrit malgré les deux trois aspects cités plus haut. Brian Greene est devenu maître dans l’art de décrire avec une grande simplicité les idées qu’il souhaite faire passer. Lire ce livre m’a vraiment donné envie de lire ses autres livres, et d’en connaître un peu plus sur la théorie des cordes.


Je le recommande vraiment pour quasiment tout public. Il n’est vraiment pas nécessaire d’avoir des bases importantes en physique pour comprendre les sujets abordés et les exemples et illustrations donnés par Brian Greene permettre vraiment une très bonne compréhension des concepts abordés.


Un livre qui n’a rien à voir



Commencement du temps et fin de la physique - Crédit goodreads (http://goo.gl/NHlmPI)

Commencement du temps et fin de la physique - Crédit goodreads (http://goo.gl/NHlmPI)

Passons maintenant à une autre rubrique : un livre qui n’a rien à voir! Quand j’ai fini de lire “La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos”, je suis retombé sur un livre que je n’avais pas eu le temps de lire et que j’avais acquis il y a quelques mois. Il s’agit de “Commencement du temps et fin de la physique ?”. Ce livre est en fait le regroupement de deux textes de Stephen Hawking, l’un sur le commencement du temps et l’autre sur la fin des découvertes en physique.


Ok, ce livre n’a pas forcément rien à voir avec les sujets abordés par Brian Greene. Il ne parle cependant pas de réalités parallèles et de multi-univers. Donc c’est bon.


En le lisant, on se rend compte du travail réalisé pendant la vingtaine d’années qui se sont déroulées entre les deux ouvrages. Stephen Hawking aborde notamment la super-gravité N=8 qui était à l’époque une des théories en vogue pour décrire tout l’univers et il aborde aussi le début balbutiant de la théorie des cordes qui forme finalement le coeur du livre de Brian Greene. On se rend compte que la physique, à l’inverse de ce qu’explique Stephen Hawking dans le premier texte, est encore un domaine dans lequel un très grand nombre de découvertes reste à faire et que cela ne risque pas de s’arrêter de si tôt.


Ce livre et la mise en perspective avec celui de Brian Greene me fait aussi penser à ce charme désuet que l’on peut retrouver dans les romans de SF des écrivains des années 50-60. Ces romans, comme ceux de Van Vogt, d’Asimov ou « Simulacron 3 » dont je parlais précédemment, proposent une vision du futur basé sur une extrapolation des connaissances de l’époque. Et ils proposent ainsi une vision des technologies du futur qui ne semblent pas réaliste car les choses ont évolué vers des chemins qu’ils ne pouvaient pas imaginer à l’époque. Dans ces romans, les ordinateurs sont mécaniques et avec un raffinement extrême, les gens accèdent à l’information à travers des sortes de minitel, ou, comme dans le cycle d’Elijah Baley d’Asimov, les passant utilisent des tapis roulants pour aller d’un point à un autre, etc.


Ainsi, même si les informations ne sont pas forcément les plus à jour, ces textes valent la peine d’être lus pour comprendre comment les choses ont pu évoluer et voir le cours que l’histoire a pris d’un point de vue technologique.


Un livre que j’aimerais lire



L'Univers élégant - Crédit goodreads (http://goo.gl/TLTFsF)

L'Univers élégant - Crédit goodreads (http://goo.gl/TLTFsF)

Si je devais maintenant donner un livre que j’aimerais lire, je crois que ce serait « L’Univers Élégant » du même auteur. Comme j’ai pu le dire, sa capacité à vulgariser et rendre simple des concepts complexes donne envie d’en connaître plus sur ses autres ouvrages et notamment celui-ci qui traite de la théorie des cordes. Il donne envie d’en comprendre un peu plus sur ce qui en fait l’une des théories, si ce n’est LA théorie, la plus pertinente aujourd’hui pour décrire le monde qui nous entoure et unifier la gravité et la mécanique quantique.


Quote



One of the wonders of science is that it is completely universal. It crosses national boundaries with total ease.
Brian Greene



Plugs et Liens évoqués


Conclusion


Que vous ayez aimé ou pas, surtout, ne restez pas les bras croisés. Inondez-moi de courrier, de commentaires sur soundcloud, le blog, podCloud, de like - ou pas - de tweets, de retweets, de clin d’oeils, de lapins de pâques, je suis aussi preneur de toute la bibliographie de Stephen Jay Gould si quelqu’un veut s’en débarrasser.


Vous pouvez ainsi retrouver LisezLaScience sur son site web http://lisezlascience.wordpress.com sa page facebook, soundcloud ou podCloud. Vous pouvez aussi me contacter sur twitter sur @LisezLaScience


Vous pouvez aussi m’envoyer des e-mails à lisezlascience@gmail.com


Vous pouvez d’ailleurs retrouver l’ensemble des livres cités sur la liste goodreads associée à ce podcast sur le compte de LisezLaScience. Les livres seront placés sur des “étagères” spécifiques par épisode et ceux mentionnés pendant cet épisode sont dans l’étagère “lls-0”


Prochain épisode


On se retrouve le 11/05/2014 pour un nouvel épisode sur “La SF sous les feux de la science” de Roland Lehoucq.


D’ici là bonne quinzaine à toutes et à tous.


Les références des livres évoqués



  • La Réalité cachée : Les univers parallèles et les lois du cosmos

    • ISBN : 2221109945 (ISBN13 : 9782221109946)

    • Auteur : Brian Greene, Traduction : Célien Laroche

    • Nombre de pages : 509

    • Date de parution : 25/10/2012 chez Robert Laffont

    • Prix : 23,50 € et constaté à 22,33€ chez Amazon ou encore la Fnac



  • L’Univers élégant

    • ISBN : 2221090659 (ISBN13 : 9782221090657)

    • Auteur : Brian Greene, Traduction : Céline Laroche, Préface  : Trinh Xuan Thuan

    • Nombre de pages : 470

    • Date de parution : 08/09/2000 chez Robert Laffont

    • Prix : 23,50 € et constaté à 22,33 € chez Amazon ou encore la Fnac pour la version Broché et 11,70 € en version poche avec un prix constaté de 11,12 € chez Amazon et la Fnac



  • La Magie du Cosmos

    • ISBN : 2070347516 (ISBN13 : 9782070347513)

    • Auteur : Brian Greene, Traduction : Céline Laroche

    • Nombre de pages : 928

    • Date de parution : 20/09/2007

    • Prix : 24,50 € et constaté à 23,28 € chez la Fnac en version Broché et 12,80 € en version poche chez Amazon et la Fnac à un prix constaté de 12,16 €



  • Désir d’Infini

    • ISBN : 2213635110 (ISBN13 : 9782213635118)

    • Auteur : Trinh Xuan Thuan

    • Nombre de pages : 400

    • Date de parution : 15/05/2013 chez Fayard

    • Prix : 21,50 € et constaté à 20,43 chez Amazon et la Fnac



  • Simulacron 3

    • ISBN : 2070395936 (ISBN13 : 9782070395934)

    • Auteur : Daniel Francis Goulaye, Traduction : Frank Straschitz

    • Nombre de pages : 272

    • Date de parution : 30/04/2010 chez Folio

    • Prix : 7,40 € constaté à 7,03 chez Amazon et la Fnac



  • Qu’est ce que le vide

    • ISBN : 2759804208 (ISBN13 : 9782759804207)

    • Auteur : Frank Close, Traduction : Yves Sacquin

    • Nombre de pages : 173

    • Date de parution : 18/11/2010 chez EDP Sciences

    • Prix : 19,00 € et constaté à 18,05 € chez Amazon



  • Commencement du temps et fin de la physique ?

    • ISBN : 2081260719 (ISBN13 : 9782081260719)

    • Auteur : Stephen Hawking, Traduction : Catherine Chevalley, Préface : Alain Bouquet

    • Nombre de pages : 120

    • Date de parution : 11/05/2011 chez Flammarion

    • Prix : 6,10 € et constaté à 5,80 € chez Amazon ou chez la Fnac



Vous pouvez retrouver la liste des livres dans goodreads à l’adresse suivante : https://www.goodreads.com/review/list/30797714-lisezlascience?shelf=lls-0

Podcast
En cours de lecture

LisezLaScience - 0 - Teaser

episode-0-Teaser-final.mp3

episode-0-Teaser-final.mp3

Télécharger Télécharger ( 2,2 Mo )

Bonjour à tous, LisezLaScience est un podcast dédié aux livres de science. L’idée de ce podcast est de faire des revues de livres scientifiques ou traitant de sujets scientifiques. L’objectif est d’en montrer un aperçu qui vise à donner envie de pousser la découverte et de les lire !

Je me nomme David Loureiro et je serais votre hôte à chacune des épisodes de ce podcast avec, peut-être des invités de temps en temps.

Ce podcast n'a pas pour vocation à critiquer les théories qui sont décrites dans les livres dont seront faites des revues car je ne suis pas spécialiste des domaines abordés. Je n’ai pas non plus la prétention d’être un critique de livre. Je n’ai pas de formation littéraire et je ne ferais donc pas d’analyse sur les formes de discours utilisées ou ce genre de chose. Juste une revue de livre avec mon opinion dont le but est de donner envie au poditeur de pousser la lecture.

Concernant la périodicité de ce podcast, il est prévu (ou tout du moins, il serait bien !) qu’il paraisse toutes les deux semaines dans un premier temps. Nous verrons par la suite si il s’avère intéressant que le rythme de parution soit plus élevé (ou pas).

Le premier épisode pilote devrait arriver d'ici peu, nous verrons bien si cela intéresse et si des poditeurs accrochent !

En attendant  vous pouvez vous abonner au flux rss du podcast sur itunes (vous cherchez LisezLaScience) ou sur la page podCloud dédiée.

Vous pouvez aussi suivre LisezLaScience à travers son site web, son compte Twitter @LisezLaScience, sa page SoundCloud ou la page Facebook associée du même nom.

Tout est à peu près prêt, et je me réjouis de vous retrouver très bientôt !